Espace donateur |

08/06/2021

Comment sortir de l’addiction ? Notre partenariat avec le Mail

L’Îlot s’appuie sur de nombreux partenaires pour accompagner ses bénéficiaires vers la réinsertion.

A Amiens, nous travaillons avec l’association le Mail pour les personnes souffrant d’addictions. Pour les personnes sous main de justice ou sortant de prison, le taux de personnes dites « addicts » est en effet plus élevé que dans le reste de la population et constitue un véritable frein à la réinsertion

Dans quel domaine intervient l’association Le Mail ?

Créée en 1975, l’association le Mail est une association à but non lucratif. Elle est spécialisée dans la prévention, le soin, et la réduction des risques pour les personnes présentant des conduites addictives liées à la consommation de substances licites ou illicites et à certains comportements.
Elle intervient à Amiens et dans toute la Somme, avec :

  • des actions d’information et de prévention auprès des jeunes et dans les milieux festifs ;
  • des actions de « réduction des risques » auprès des personnes toxicomanes, pour leur éviter de contracter des maladies infectieuses (sida, hépatites…) ;
  • des consultations ouvertes ou un accompagnement renforcé pour toutes les personnes qui souhaitent réduire ou faire cesser leur(s) addiction(s) en Centre de Soins, d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie (CSAPA), avec ou sans hébergement.

Le Mail et l'Îlot, un partenariat de longue date

Au départ informel dans les années 2000, le partenariat s’est affiné à l’occasion d’un appel à projets de la MILDECA (Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives) en 2011 sur la problématique des jeunes en errance.
Aujourd’hui, c’est principalement avec le CHRS Les Augustins et le CHU la Passerelle que des liens se sont tissés. En effet, les équipes de l’Îlot sont confrontées à un nombre toujours en croissance de personnes accueillies et notamment celles sortant de prison souffrant d’addictions. A l’Îlot, en 2019, 18% de personnes souffraient d’addiction à l’alcool dont 55% étaient des personnes sortant de prison ou sous main de justice. Quant aux drogues, le ratio était de 16% de nos bénéficiaires dont 56% pour les personnes sortant de prison ou sous main de justice. C’est donc une pathologie particulièrement présente pour ce public justice.
Face à ce constat, il est essentiel d’éviter les situations risquant de favoriser la récidive et de s’appuyer sur des associations spécialisées dans le traitement des addictions. C’est pour cela que nous travaillons avec Le Mail, en toute transparence, au travers notamment de réunions qui réunissent des professionnels du soin (médecin alcoologue, psychologue, travailleur social…) de l’association Le Mail et les équipes de travailleurs sociaux de l’Îlot. Ces temps d’échanges sont essentiels pour coordonner l’action individualisée d’accompagnement à la santé et l’apprentissage du soin de soi de chacun de nos bénéficiaires concernés par cette pathologie.

Aider notre public en souffrance

Certaines addictions viennent se heurter aux limites de nos établissements, dans ces cas-là une prise en charge complémentaire par un établissement sanitaire extérieur comme Le Mail est indispensable. Nous nous efforçons autant que possible d’engager nos bénéficiaires dans des projets de soins. Cela se traduit concrètement par des discussions autour de la problématique des addictions et une mise en lien avec notre partenaire.

Ainsi, chaque semaine, une équipe du Mail intervient dans notre CHU La Passerelle. Le but est de recueillir des besoins des personnes accueillies de jour comme de nuit, de faire de la prévention et de proposer des accompagnements plus spécifiques lorsque c’est nécessaire. Nous avons également une convention qui fixe les modalités d’hébergement dans notre CHU de personnes suivies par l’équipe du Mail, vivant à la rue et ayant une problématique addictive.

« Pour aider une personne à ne pas consommer, il faut la sortir de la rue, c’est pourquoi le partenariat avec l’Îlot fait sens »
Christine Lebail, cheffe de service Prévention, Le Mail

Le cas particulier des jeunes en errance

À Amiens, le CHU la Passerelle est l’un des acteurs du Réseau Jeunes En Errance. Créé en 1991, ce réseau s’intéresse tout particulièrement aux jeunes désocialisés, à la rue et revendiquant ce statut. Un travail de repérage, d’évaluation et d’accompagnement de ces jeunes désocialisés au sein de l’accueil de jour de notre CHU s’est mis en place avec l’appui du Mail.

Des réunions régulières ont lieu avec Le Mail qui accompagne tout particulièrement cette population. Les équipes échangent et confrontent leurs évaluations pour une meilleure connaissance et prise en charge de ce public sur le territoire amiénois. Ce partenariat a pour objectif de réduire les risques que l’addiction fait peser sur le jeune en termes de délinquance et de conduite à risques. Notre volonté est d’éviter au maximum un passage en prison, désocialisant et parfois destructeur pour certaines personnalités fragilisées.

« lorsque le « jeune en errance » est en proie à des addictions lourdes, l’accent est mis sur l’accès aux soins. Nous l’orientons alors vers les professionnels de santé et les associations dédiées tel que Le Mail. Dans le cadre de notre suivi, nous nous assurons que la personne honore ses rendez-vous, voire prenne correctement son traitement. »
Guy Louis-Thérèse, responsable du CHU La Passerelle

Des actions de formation auprès de nos salariés et de sensibilisation pour nos résidents
Que ce soit auprès des salariés ou des résidents de l’Îlot, Le Mail forme les personnes aux risques d’addictions. L’association a développé une large gamme d’outils concernant la prévention et qui s’adapte à différents publics : des jeunes en milieu scolaire ou dans des soirées festive, des personnes en formation ou en insertion, des salariés accompagnant des personnes sous addiction, etc.
Ainsi, 11 salariés du CHRS Les Augustins ont suivi la formation « De la toxicomanie à l’addiction » dispensé par l’association Le Mail en 2019.

Enfin, depuis plusieurs années, Le Mail intervient régulièrement au CHRS Les Augustins pour proposer des ateliers sur les risques liés aux conduites addictives. A destination de tous les résidents qui y participent de manière volontaire, des films ou d’autres supports sont projetés afin d’entamer des partages d’expériences et des débats sur les conséquences des addictions. .
Pour notre nouveau projet d’accompagnement de personnes en semi-liberté, un travailleur social de l’Îlot et un travailleur social du Mail rencontrent un lundi par mois les personnes suivies dans un atelier sur la prévention des risques. Il est par ailleurs prévu d’organiser en complément des sorties pédagogiques autour de thèmes en lien avec le bien-être et le détachement aux problématiques d’addiction.

Protéiforme, fructueuse, la collaboration entre Le Mail et l’Îlot permet une meilleure prise en charge de nos bénéficiaires. L’addiction, qui est un problème de santé bien spécifique, doit être traitée afin d’assurer une réinsertion sur la durée. C’est ce qu’entreprend la justice résolutive de problème (lien) afin de lutter contre la récidive dont les risques sont accrus dans les troubles de l’addiction. Il s’agit d’un enjeu majeur de réinsertion qui nécessite la coordination de l’ensemble des acteurs.

Nous avons besoin de vous !

Sans votre soutien, nous ne pouvons mener à bien nos missions et agir sur tous les facteurs nécessaires à une réinsertion réussie comme l’accès à l’emploi ou à un logement, et lutter ainsi contre la récidive.

Offrez une seconde chance aux personnes en grande précarité et à celles et ceux qui ont connu la prison !

Faites un don

Abonnez-vous pour rester informé(e) !