03/10/2020

L’importance de la parentalité

Le centre d’hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) de Thuillier à Amiens a la particularité d’accueillir femmes et hommes souhaitant renouer des liens avec leurs enfants après la détention. Inscrit dans le projet de l’établissement, l’aide à la parentalité est une mission tout aussi importante que celle de retrouver un logement ou un emploi.

S’adapter aux situations de chacun

Ouvert en 1979, le CHRS de Thuillier accueille à l’origine des personnes sans abri. C’est en 1984 que l’établissement se transforme pour recevoir des familles en difficulté. Les parcours des familles que nous accueillons sont jalonnés de ruptures et d’isolements successifs, très handicapants pour laisser la place à l’exercice de leur parentalité. Cette problématique est amplifiée pour les mères qui ont été en prison, du fait d’un éloignement géographique de leurs proches imposé par le faible nombre d’établissements pénitentiaires pouvant les recevoir. Selon les années, nous recevons aussi des familles de personnes migrantes et en grande précarité. Notre public diffère mais notre principe reste le même : ne pas substituer aux parents mais les accompagner dans leur parentalité. Sylvie Stefanski, responsable de l’établissement de Thuillier nous explique que « chaque famille a sa problématique, notre rôle est de nous adapter aux besoins de chacun : aider une mère à retrouver son autorité lorsqu’elle se trouve débordée par ses enfants, alerter sur une relation mère-enfant trop fusionnelle, ou faire comprendre que certains actes relèvent de la maltraitance ».

Comment redevenir parent après la détention ?

Les effets de la prison sont connus : perte d’autonomie, désocialisation, difficulté de réinsertion dans la société, etc. Pour les pères et les mères condamnés à une peine d’emprisonnement, il est très difficile de garder son rôle de parent pendant la détention. A la sortie, renouer avec ses enfants s’avère souvent compliqué, d’autant plus lorsqu’on est confronté à une situation de précarité. Au CHRS Thuillier, nous accueillons aussi des pères qui sont sans solution de logement à la sortie de détention et qui souhaitent bénéficier d’un lieu pour se reconstruire et retisser des liens avec leurs enfants. Au-delà de l’hébergement, notre équipe les accompagne lors de la reprise progressive de contact. Nous les aidons à préparer la venue de leurs enfants dans l’établissement à travers des conseils simples mais parfois nécessaires tant certaines réalités ont été oubliées : penser à faire des provisions pour les repas, prévoir des activités adaptées à l’âge, ou simplement des petites attentions pour faciliter les retrouvailles et ce moment ensemble. La présence des travailleurs sociaux se veut rassurante sans être intrusive, notamment dans le cadre de visite médiatisée (visite en présence d’un travailleur social).

Notre projet : accueillir des femmes qui ont accouché en prison

Actuellement, nous bénéficions d’un agrément de la DDCS qui nous permet d’accueillir des femmes avec uniquement des enfants de plus de 3 ans, sauf en cas de fratrie si l’aîné a plus de 3 ans. Nous ne pouvons pas recevoir les femmes ayant accouché en prison et qui sont libérées avec leurs bébés de moins de 3 ans et sans solution d’hébergement. Nous souhaitons élargir notre accueil à celles accompagnées d’enfants de moins de trois ans car nous avons régulièrement des demandes provenant de ces femmes particulièrement vulnérables. Ce projet nécessite l’embauche de professionnels de la petite enfance afin de répondre aux besoins spécifiques des mères et de leurs nouveau-nés. C’est grâce à la générosité de nos donateurs que nous pouvons développer de tels projets, pour être au plus près des besoins de celles et ceux qui ont connu la prison dans leur parcours de réinsertion.

Nous avons besoin de vous !

Sans votre soutien, nous ne pouvons mener à bien nos missions et agir sur tous les facteurs nécessaires à une réinsertion réussie comme l’accès à l’emploi ou à un logement, et lutter ainsi contre la récidive.

Offrez une seconde chance aux personnes en grande précarité et à celles et ceux qui ont connu la prison !

Faites un don

Abonnez-vous pour rester informé(e) !