Espace donateur |

18/07/2022

Justin, étudiant à Sciences Po Paris, volontaire civique à l'Îlot

En 2022, Justin, étudiant à Sciences Po Paris, a effectué sa mission de volontaire civique au sein d'une promotion d'AQI 75. Il revient sur cette expérience qu'il juge indispensable.

POUVEZ-VOUS NOUS PARLER DE VOTRE PARCOURS ?

J’ai passé un bac ES dans le sud de la France à Hyères-les-Palmiers, avant de rentrer au Collège universitaire de Sciences Po Paris. La troisième année de mon cursus est une année d’échange que j’effectue à l’université du Bosphore à Istanbul.

QU’EST-CE QUI VOUS A AMENE A OPTER POUR UNE MISSION DE VSC ?

Réaliser des missions de VSC (Volontaire en service civique) est une obligation scolaire. En milieu de première année nous devons rédiger une lettre d’engagement sur les problématiques que l’on souhaite travailler. J’ai opté pour la problématique de la réinsertion des personnes placées sous-main de justice. J’ai un véritable intérêt pour le public justice. A la fin de ma première année, j’ai accompli l’été une mission de VSC d’un mois au sein de l’association « Lire Pour en Sortir ». Pour la 2e année l’engagement se fait sur plusieurs semaines, avec un nombre d’heures à donner.
Pour moi, ces missions de VSC c’est une façon d’éprouver mon engagement citoyen, d’aller sur le terrain à la rencontre des publics liés à la problématique de la réinsertion. C’est une problématique pour les personnes détenues mais c’est également un problème de politique publique. Aller sur le terrain permet d’aider des personnes et de constituer la base de notre réflexion. C’est une rencontre éclairante pour comprendre les dysfonctionnements.

POURQUOI AVOIR CHOISI L’ÎLOT ?

Faire le choix de l’Îlot était pertinent car il est plus difficile d’intervenir dans une perspective de réinsertion sur un public en détention. Dans l’optique de cet écrit que je dois faire en 3e année, c’était plus intéressant d’observer comment s’organise la réinsertion en dehors de la prison. En faisant des recherches pour rencontrer ce public, l’Îlot est apparue.

EN QUOI CONSISTAIT VOTRE MISSION EXACTEMENT ?

J’ai organisé des ateliers numériques : apprendre le traitement de texte, rédiger un mail, accompagner sur la rédaction d’un CV, d’une lettre de motivation. Cela fait partie de l’évaluation et l’acquisition des savoirs de base donnés par l’îlot.

COMMENT AVEZ-VOUS VECU VOTRE EXPERIENCE AU SEIN DE L’ÎLOT ?

J’ai beaucoup apprécié venir à l’Îlot. Cela me faisait sortir du cadre de Sciences Po, voir autre chose. C’est gratifiant de prendre en charge un groupe, de voir les gens évoluer, changer pour prendre la bonne direction. C’est plaisant.
Cela permet aussi d’avoir une réflexion plus pragmatique sur les défaillances du système, de gagner en réalisme et en tolérance sur nos propres attentes. Il y a une dimension primordiale du terrain.

QUEL SOUVENIR EN GARDEREZ-VOUS ?

Voir que pour certains, ça leur change la vie, C’est gratifiant.

EST-CE QUE CELA EXERCERA UNE INFLUENCE SUR LA SUITE DE VOTRE PARCOURS ?

Forcément dans la rédaction du grand écrit de 3e année, il y a là l’importance de s’attacher à l’expérience du terrain. C’est une prise de conscience importante.

crédit photo Alejandro Escamilla pour Unsplash

Nous avons besoin de vous !

Sans votre soutien, nous ne pouvons mener à bien nos missions et agir sur tous les facteurs nécessaires à une réinsertion réussie comme l’accès à l’emploi ou à un logement, et lutter ainsi contre la récidive.

Offrez une seconde chance aux personnes en grande précarité et à celles et ceux qui ont connu la prison !

Faites un don

Abonnez-vous pour rester informé(e) !