06/30/2020

Quand la fabrication de masques devient synonyme d'autonomie

Dès avril, l’Îlot a encouragé la fabrication de masques par ses résidents pour renforcer leur autonomie, créer une dynamique collective et solidaire, et mieux préparer le déconfinement.

Un besoin en masques important

Au cours de la crise sanitaire, l’une de nos priorités fut de protéger nos bénéficiaires en leur fournissant des masques. En effet, nos résidents représentent un public particulièrement sensible aux risques liés au Covid-19. Nombre d’entre eux ont une santé fragile et sont davantage exposés aux dangers de contamination : certains ont vécu dans la rue et y retournent parfois.

Il était donc primordial de fournir à l'ensemble de nos bénéficiaires des masques en tissu pour les protéger au mieux et qu’ils participent aux gestes barrière indispensables à notre société pour surmonter la crise. Aussi, pour prévenir ces risques et respecter les consignes de protection, l’Îlot devait se doter d’un stock de 2200 masques pour pouvoir procurer jusqu’à la fin de l’été plusieurs masques lavables à chacun de nos résidents, du fait d’une utilisation limitée dans le temps (30 lavages en moyenne). De plus, la vie dans un centre d’hébergement ne permet pas d’avoir quotidiennement les moyens de les laver dans les conditions requises pour maintenir leur efficacité.

Impliquer nos résidents

Nous avons donc décidé de faire appel aux compétences en couture de nos résidents. À la fois pour répondre à un manque mais aussi parce que cela joue un rôle non négligeable sur le plan collectif et individuel en termes de responsabilisation par rapport à un enjeu de société, tout particulièrement pour des personnes sortant de prison. Sur la base de patrons et de recommandations validées par des structures médicales en termes de tissus, des ateliers de confection ont été mis en place dans nos CHRS Thuillier à Amiens et dans le Val-de Marne.

Des difficultés d'approvisionnement

Néanmoins, nos résidents se sont heurtés aux difficultés liées à l’approvisionnement en matières premières indispensables à la fabrication des masques : élastiques, tissus pour chacune des trois couches (coton polyester, coton jersey, filtre Melt Blown).

Malgré cet obstacle, ils ont pu produire de nombreux masques pour eux-mêmes et pour les autres bénéficiaires. Pour compléter notre stock, nous avons également bénéficié d’un don de 500 masques de la part de Lacoste.

Aujourd’hui, nous continuons à constituer notre stock de masques afin de permettre à nos bénéficiaires de respecter les gestes barrières et, par là même, leur permettre le retour à la vie en société (avec un accès aux transports et aux établissements accueillant du public).

UN SYMBOLE D’AUTONOMIE

Cette démarche, au-delà de son utilité sanitaire, a permis de responsabiliser nos résidents. Grâce à cette dynamique collective, ils ont eux-mêmes réalisé l’une des clefs essentielles pour la reprise de leur parcours d’insertion : la réalisation de masques, synonyme d’autonomie et de retour vers la société.

Nous avons besoin de vous !

Sans votre soutien, nous ne pouvons mener à bien nos missions et agir sur tous les facteurs nécessaires à une réinsertion réussie comme l’accès à l’emploi ou à un logement, et lutter ainsi contre la récidive.

Offrez une seconde chance aux personnes en grande précarité et à celles et ceux qui ont connu la prison !

Faites un don

Abonnez-vous pour rester informé(e) !