03/04/2019

La prison de la Santé réouvre, l'Îlot y rentre !

Réouverture le 7 janvier 2019 de la prison de la Santé après quatre ans de travaux. Pour l’Îlot, c’est l’occasion de démarrer son programme d’accompagnement dedans – dehors qui amorce le parcours de réinsertion pendant l’exécution de la peine.

Après plus de quatre ans de travaux, la prison de la Santé a réouvert le 7 janvier 2019. Pour l’Îlot, c’est l’occasion de démarrer son programme d’accompagnement dedans – dehors pour amorcer durant l’exécution de la peine en prison, le parcours de réinsertion sans attendre la sortie.

Conçue comme une prison modèle par l’architecte Vaudremer en 1867, la Santé était restée inchangée depuis, devenant le symbole du délabrement des prisons françaises. En 2009, le contrôleur des lieux de privation de liberté avait rendu un rapport pointant la vétusté de la prison. Il était temps de revisiter complètement cette prison pour améliorer les conditions de détention. Avant sa fermeture, la maison d’arrêt n’intégrait que peu d’espaces dédiés aux activités des détenus. Or, parce qu’il vise à offrir des conditions de détention axées sur la préparation de la sortie mais également des conditions de travail plus sûres et performantes pour le personnel, le projet de réhabilitation exigeait de repenser en profondeur les espaces, avec la création de nombreux espaces collectifs :

  • 1 500 m² consacrés aux ateliers de production et de formation (contre 400 m² initialement).
  • Des salles de classes dans chaque quartier d’hébergement ainsi que dans le bâtiment central où se situe le pôle d’insertion et de prévention de la récidive (PIPR).
  • Une grande salle informatique, un gymnase, plusieurs bibliothèques et bien évidemment la médiathèque Robert-Badinter, inaugurée en 2010, qui retrouve sa place de choix dans le nouveau bâtiment central.

Les prisonniers bénéficieront d’un peu plus d’espace du fait de l’agrandissement de la superficie de leur cellule, même si des lits superposés ont été installés dans la moitié d’entre elles, contribuant ainsi au désengorgement des prisons limitrophes largement saturées. Nouveauté, les cellules sont équipées de douches individuelles pour un meilleur confort et surtout moins de tensions pour les surveillants qui devaient organiser les mouvements des détenus pour les douches collectives. D’autres innovations comme le téléphone à l’intérieur des cellules ou la cantine1 numérique ont pour objectif de « redonner du temps aux surveillants afin qu’ils réinvestissent leur mission, le contact humain et la surveillance, plutôt que d’être des portes-clés » déclare Mme Rotach, Directrice de la prison, lors d’une interview donnée au Monde (01/2019).

La situation de La Santé en centre-ville joue en faveur du maintien des liens familiaux et d’une bonne préparation à la sortie, avec la proximité d’associations partenaires et d’entreprises. Ce parti pris trouve bien évidemment  écho dans les prises de position et les programmes de réinsertion des sortants de prison que l’Îlot porte depuis 50 ans désormais.

LA VOLONTÉ DE S’ENGAGER DÈS LE DEDANS

Pour l’Îlot, la réouverture de la Santé représente la volonté d’assurer une continuité entre le dedans et le dehors. L’association, au travers de ses années de travail auprès de ce public si particulier, a fait le constat des nombreuses ruptures que vivent les personnes dans leur parcours pénitentiaire, souvent pénalisantes pour réussir la sortie et la réinsertion en société. C’est la raison pour laquelle nous avons choisi, comme axe de développement, à l’occasion de notre 50ème anniversaire, de travailler la continuité entre le dedans et le dehors.

Dans leur pratique quotidienne, nos équipes ne peuvent que constater un manque de coordination entre les actions entreprises dedans et celles effectuées dehors. La prison de la Santé est avant tout une maison d’arrêt, c’est-à-dire qu’elle accueille principalement des personnes en attente de jugement et des personnes condamnées à des peines inférieures à deux ans. La plupart du temps, ces durées sont insuffisantes pour que la personne ait le temps d’initier une formation professionnelle lui permettant de trouver un emploi à la sortie, voire même, pour les courtes peines, de simplement préparer sa sortie. Qui plus est, durant cette période, elle est exposée dans la plupart des cas à la perte de son logement et de ses droits sociaux. L’arrêt des minima sociaux est aussi un vrai problème. Pour les courtes peines, c’est un vrai parcours du combattant d’arriver à être rétabli dans ses droits !
C’est pourquoi l’Îlot entend profiter de la réouverture de la prison de la Santé  et en accord avec le Service Pénitentiaire d’Insertion et de Probation (SPIP) pour mettre en œuvre une nouvelle approche d’accompagnement à la réinsertion : diffusions d’informations sur les possibilités d’accompagnement à la sortie, analyse du projet professionnel, ateliers de préparation à l’entretien d’embauche, mise en lien avec des organismes de formation, aide à la recherche d’emploi si le projet professionnel est suffisamment avancé. C’est en entreprenant toutes ces démarches dès l’incarcération que les détenus pourront se projeter et se préparer à l’après prison. Il faut capitaliser les démarches initiées à l’intérieur pour accélérer le processus de réinsertion et éviter ainsi la récidive.

Nous avons besoin de vous !

Sans votre soutien, nous ne pouvons mener à bien nos missions et agir sur tous les facteurs nécessaires à une réinsertion réussie comme l’accès à l’emploi ou à un logement, et lutter ainsi contre la récidive.

Offrez une seconde chance aux personnes en grande précarité et à celles et ceux qui ont connu la prison !

Faites un don

Abonnez-vous pour rester informé(e) !